Au coeur d’un vieux bouquin,

De poésies bien sûr !

Offert par un copain

Fluct’(ua) nec mergitur.

 

En ce coeur encor’pur

Hymen non déchiré,

Aux pag’(es) sans déchirure

Qu’il fallut découper.

 

Entre deux écritures

D’un poèt’(e) oublié

Amant de la biture

Des fleurs et du Manger,

 

Gisait là bien posé

La preuve que ses vers

A quelqu’un d’inspiré

Avaient sans dout’(e) dû plaire.

 

Un’(e) marque déposée,

Un ticket composté,

Permis de voyager

En Paris occupé.

 

Petit papier tatoué

Servait à rappeler

Au quidam lettré

La lecture arrêtée

 

En ces temps où Vichy

Au nom d’un maréchal

Disputait à Paris

Le titre: « Capitale ».

 

Petit signet sauveur

Pour nombre d’ouvriers

Qui, à tant de labeur

Ne pouvaient plus marcher

 

Pass’port pour plate-forme

De bus rigolos

Aux carcasses énormes

A la couleur vert d’eau.

 

Que n’en possédiez-vous ?

Vous, les heureux « élus »

Qui vous teniez debout

Dedans ces mêmes bus.

 

C’est qu’en ces bons temps là,

On faisait des faveurs,

A ces voyageurs las

Pour les camps de l’horreur

 

Nul besoin de payer

Le prix est assez fort

Voyag’(e) en simpl’(e) aller

C’est le prix de la Mort

 

Babars de ferraille !

Qui emmeniez mon Père

Chaque jour au travail

Eté comme en hiver.

 

De Porte-d’Italie

Aux faubourgs de St-Ouen

Vous êtes de ma vie,

Comme on dirait « un coin ».

 

Berceaux de mon enfance

Sur des routes pavées

Souvenez la souffrance !

De vos morts transportés.

 

Innocents monstres verts

Par l’Homme, utilisés,

Vers des chemins de fer

Aux lourds wagons plombés.

 

Je ne vous en veux pas,

Vous n’y êtes pour rien,

Vous transportiez Papa,

Sur un autre chemin

 

Petits tickets jaunis

Béni ! Le débonnaire

Qui vous posant ici,

Entre deux pages en vers,

D’un recueil qu’un ami

Aujourd’hui m’a offert.

Vous qui m’avez permis

D’une pierr’deux coups faire,

En l’instant je revis

L’amour de mon père

Et les morts d’une guerre.