CLAIR-OBSCUR......Le royaume dans ma p'tite tête

Quelques mots sur moi

Coucou! C'est Petit Boofy!

Appelez-moi aussi "Egna" car c'est ainsi que je "griffe" mes images ; vous l'avez deviné, j'aime saisir la lumière qui me permet de voir ce qui m'entoure et tout ce qui m'entoure m'intéresse... C'est peu dire ! Pourquoi "Egna" me direz-vous ? Un Ange à l'envers, en contre-sens, cela me sied bien depuis que j'ai découvert, en 1970, ce groupe de Rock Français (si, si cela existe !!!!) dit "progressif" et qui se nommait, se nomme et se nommera "ANGE" ; vous ne connaissez pas ? Pourtant l'ANGE vole encore de villes en villages, pourtant l'ANGE compose et écrit encore avec des ailes nouvelles que déploie Christian DECAMPS dans l'univers de la zique et je peux vous affirmer qu'il y a de quoi être "retourné" ! Pour vous en persuader, allez donc "LE" visiter "L'ANGE", posez Un Pied Dans La Marge......"Ange-updlm.com"

J'oubliais le mot de passe......"MOTS".

Posté par PETIT BOOFY à 22:10 - Commentaires [1] - Permalien [#]

04 juin 2014

HISTOIRE D'EAU



Fou! Comme aile rêve d'il
Folle! Comme île songe elle
Partir! Partir!
Sur l'il à tire d'aile
Sur une elle aux îles
Île et aile
Au plume
Histoire d'eau...rayée de Soleil.

Posté par PETIT BOOFY à 13:45 - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 avril 2014

LES NOTRE-DAME DU TEMPS JADIS

Au milieu de tout ce vacarme le Bruit ne s’entendait plus parler, il haussa le ton…    

 

  -« Silence ! »-

 

Alors les brouhahas et autres murmures s’estompèrent et dans ce capharnaüm cacophonique, à cette invective, seules les vociférations, les injures outrancières et les saturations vocales furent réceptives ; les baroufs et boucans persistaient étouffant par leur excès les potins colportés par quelques nouvelles rumeurs bourdonnantes  et chuintantes ; excédé le Bruit lança une seconde déflagration

 

-« Silence !! »-

 

 Malgré le ton détonnant de cette ultime sommation, ni hourvaris, ni ramdams, ni raffut, obtempérèrent ; même les tapages, les pétards et chambards, pourtant moins démonstratifs semblaient également faire sourde  oreille, à peine devinait-on les restes des gazouillis, frémissements et cliquetis ; cependant, perceptiblement le tapage, sans cesser, s’estompait et depuis peu les chuchotements, les frôlements n’étaient plus audibles tout comme l’étaient encore moins les froissements, les gargouillis et gémissements. Le Bruit persista dans son exigence de calme et haussa la voix d’un timbre nettement supérieur à tel point, et à tel niveau, que plus d’un ramdam, plus d’une pétarade furent interloqués par la puissance vocale de son hurlement 

 

-« Silence !!!»-

 

 Bruissements, craquements et crissements stoppèrent net leur tapage, sous le sifflement moqueur des glouglous et grognements ; une clameur s’éleva puis s’effondra dans un fracas assourdissant ; l’intensité de la dernière détonation du Bruit, coupa sèchement le sifflet des sons. Clapotis, clappements, claquements, dans un grondement réprobateur, approuvé par le peu de grésillements encore dans l’air, poussèrent un vagissement résistant et empreint d’un râle capitulaire, non sans un ultime ronflement et quelques grincements désespérés, ils capitulèrent.

Alors, le Bruit, d’un ton ramassé où l’on devinait quelques pétillements, lança :

 

-« Que le silence soit ! »-

 

Je n’entendis plus le tintement du bourdon, seul le hululement de quelques nocturnes associés aux gargouillements des monstres me raccrochaient à l’ailleurs…

Bossu de mon adolescence…

Au cœur…

Je pénétrais Paris dans sa Dame…

Posté par PETIT BOOFY à 20:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 avril 2014

MISE EN BIERE

Voici le récit d’un écueil, l’histoire de Récif et de Cueille...

 

Récif -

« Hey Cueille ! Une bière ! siou plaît ! » - Dit-il.

…Il boit

« Hey l’indien ! Une autre ?... Oui Chef ! »

 - En cœur disent-ils

A cœur Cueille prenait son boulot

« J’vous r’ssers ? »

- Dit-il

Récif rinçait son goulot à liqueur ;

Une fois, deux fois, trois fois,

…Il but

Quatre fois, cinq fois,

…Il rebut

…Repus

Son foie de cirrhose éclata

Et Cueille cueilli

Six roses qu’il posa

Sur le cercueil de buis.

C’est ainsi qu’il partit dans la fleur de l’âge.

Mais !

Houblon cette histoire !

Posté par PETIT BOOFY à 21:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 juin 2013

PORTABLE...

On vit des temps bien difficiles
Où se parler n’est pas aisé
Pour se causer c’est pas facile
Communiquer ! Communiquer !

Dans les maisons, dans les chaumières,
On enterre les conversations
Le couple ne s’apprécie plus guère
Que par l’écran d’télévision

Fini la cause communautaire
Que l’on soit deux, trois, quatre ou cent
C’est le vieux jeu du solitaire
Qui remplace la veillée d’antan

Même en amour, c’est regrettable !
Pour du changement, c’est du changement
Que Cupidon ait son portable
Soit ! Vivons! Vivons notre temps
Mais morbleu ! Qu’il le désinstalle
Qu’il le débranche, qu’il pisse dedans
Car dérangé en bacchanale
Il lance sa flèch’n’importe comment.

Parlons enfin, mais parlons francs
De cet engin communiquant
A ces jobards le pratiquant
Un air bien con, bien consternant

Qu’on idolâtre Itinéris
Déesse de l’ouïe, de la liaison
C’est concevable mais peu propice
Aux grands ébats, aux effusions

On peut penser qu’en Olympie
 Si Zeus, Jupiter, la Junon
Avaient porté au pantalon
La chose susdite, la chose « Tel »
Ç’aurait été un beau bordel.
Tous les ragots les popotins
De cocuage chez les saints
Ce sauraient sus en un clin d’œil
Qu’on l’désir pas ou qu’on le veuille
Le monde des dieux serait impie.

Et si l’Patron, si Jéhovah,
Sonnait d’en haut nous d’ici bas
Nous appelait nous les Pauv’zigs
A l’aide d’un de ces machins là
Qui font grossir les poches à Bouygues
Les bons chrétiens perdraient leur foi
Les bons chrétiens n’y croiraient pas;
D’entendre la voix de leur Papa
La voix suprême, la voix divine
Mêlée à celle plus cochonne
De quelques roses téléphones.
La bonne parole ferait grise mine.

Si mes idoles, mon fils, ma fille
Envie auraient de me parler
Je souhaiterais voir leur bout de nez
Ailleurs qu’au bout d’un truc sans fil

Posté par PETIT BOOFY à 21:20 - Commentaires [0] - Permalien [#]

LE VIEIL OCEAN...


Etre
Par le Vieil Océan
Au delà du deçà
Par dessus les dessous
En deçà du delà
En dessous des bas-fonds
Plus haut que l'Immense
Plus fin que l'infime
Plus infirme que le zéro
Etre
Couleur sol
Note pourpre
Sang blanc
Bile bleue
Bleu mot
Mort bleue
Ephémère éternel en lumière noire des lampadaires
Ombre d'ombre des croix pliées
Se proclamer Dieu et déchoir l'imposteur
Croire aux diables pêchés aux rivières du temps
Prière de repentance pour celles orgueilleuses
Etre
Dehors d'intérieur
Dedans aux Grands Vents
Antre en l'Entre
Funambule en l'espace
Vide gavé à vomir le Néant
Voir l'œil
S'iriser en ses blancs
Et le percer en larmes
S'inonder et marcher sur ses eaux
Jusqu'à l'escalier qui descend
Aux cimes des abysses azurées
Où la voûte noire de l'Olympe se défenestre
Digérée
Par le vieil Océan

Posté par PETIT BOOFY à 21:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 juin 2013

VLADIMIR

Tiens v'là Dimir

Sur Seine de Vitry

Môssieu!

Le cœur tout en cachemire

Et plein les yeux

La Haine!

Dis, Mir ?

Petit Prince

Au pays d'Argonzie

Dessine-moi un …

Posté par PETIT BOOFY à 11:18 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

LA BORDURE...

Tire un trait sur tes soucis

Tire deux traits au bas d’ta vie

La dictée était trop dure

Fais, fais la bordure !

 

Et si tu vis en encre noire

Le corps plié au labeur

T’as l’droit d’pas faire tes d’voirs

Faut plus compter les heures

Tire deux traits au bas d’ta vie

Fais, fais la bordure !

 

Et si tu t’casses la mine

Et si tu t’taches le cœur

Avec tes doigts dessine !

Taille ton crayon d’couleur

Et tire deux traits au bas d’ta vie

 Fais, fais la bordure !

 

Et quand t’arrives aux dernières lignes

Du cahier rouge d’la mariée noire

T’as qu’à d’servir de son insigne

Comme règle pas droite

Et tire deux traits au bas d’ta vie

 Fais, fais la bordure !

 

Fais des ronds rouges

Des p’tits points verts

Oranges, sanguine

Yellow, marines

Tout bleu l’éther…

 

T’as pas fini la bordure !

Posté par PETIT BOOFY à 10:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
05 juin 2013

"LE MARQUE-PAGE"...à Rodolphe

 

Au coeur d’un vieux bouquin,

De poésies bien sûr !

Offert par un copain

Fluct’(ua) nec mergitur.

 

En ce coeur encor’pur

Hymen non déchiré,

Aux pag’(es) sans déchirure

Qu’il fallut découper.

 

Entre deux écritures

D’un poèt’(e) oublié

Amant de la biture

Des fleurs et du Manger,

 

Gisait là bien posé

La preuve que ses vers

A quelqu’un d’inspiré

Avaient sans dout’(e) dû plaire.

 

Un’(e) marque déposée,

Un ticket composté,

Permis de voyager

En Paris occupé.

 

Petit papier tatoué

Servait à rappeler

Au quidam lettré

La lecture arrêtée

 

En ces temps où Vichy

Au nom d’un maréchal

Disputait à Paris

Le titre: « Capitale ».

 

Petit signet sauveur

Pour nombre d’ouvriers

Qui, à tant de labeur

Ne pouvaient plus marcher

 

Pass’port pour plate-forme

De bus rigolos

Aux carcasses énormes

A la couleur vert d’eau.

 

Que n’en possédiez-vous ?

Vous, les heureux « élus »

Qui vous teniez debout

Dedans ces mêmes bus.

 

C’est qu’en ces bons temps là,

On faisait des faveurs,

A ces voyageurs las

Pour les camps de l’horreur

 

Nul besoin de payer

Le prix est assez fort

Voyag’(e) en simpl’(e) aller

C’est le prix de la Mort

 

Babars de ferraille !

Qui emmeniez mon Père

Chaque jour au travail

Eté comme en hiver.

 

De Porte-d’Italie

Aux faubourgs de St-Ouen

Vous êtes de ma vie,

Comme on dirait « un coin ».

 

Berceaux de mon enfance

Sur des routes pavées

Souvenez la souffrance !

De vos morts transportés.

 

Innocents monstres verts

Par l’Homme, utilisés,

Vers des chemins de fer

Aux lourds wagons plombés.

 

Je ne vous en veux pas,

Vous n’y êtes pour rien,

Vous transportiez Papa,

Sur un autre chemin

 

Petits tickets jaunis

Béni ! Le débonnaire

Qui vous posant ici,

Entre deux pages en vers,

D’un recueil qu’un ami

Aujourd’hui m’a offert.

Vous qui m’avez permis

D’une pierr’deux coups faire,

En l’instant je revis

L’amour de mon père

Et les morts d’une guerre.

Posté par PETIT BOOFY à 09:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

1, 2, 3...Nous irons au bois

 « CHINOIS » (métro)

Le voleur lui prit tout

Sauf la lune

Qui était à sa fenêtre. (7)

« CAMUS »

Caligula fut fou

De la lune

En entier dans sa tête (6)

« GEORGES »

Son voleur lui prit tout,

Sa fortune

Sauf une’chansonnette. (5)

« ******* »

Le front ceint de ses coups

La vie, plume

Des poètes (4)

« EROSION »

Le sable sous vent doux

De la dune

S’émiette (3)

« BLANCHE »

La faux chasse du cou

Une à une

Nos têt’ (2)

« EVOLUTION 2 »

De la mère genèse

En écume

Etes (1)

Posté par PETIT BOOFY à 09:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 juin 2013

VOEUX

Histoire d’une déclaration d’amour à l’occasion des fêtes de fin d’année:

-« Tu me veux pour la nouvelle année ? »-

Posté par PETIT BOOFY à 15:25 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

Ma Rêvée vers l'Ouest...Rêves urbains

A chacun ses rêves

 

Il n'y a pas de vils rêves...

Que des villes de rêve...

Douce! Ma rêvée vers l'ouest

 

Rêve!

De ta moitié à Poitiers !

D'un chocolat à Cholet

Sans lait chaud !

Soit géant à Angers

Daim-loup à Loudun...

J'aboyais alors que Montreuil-Bellay

Et tenant Nantes je mollis à Limoges.

Je vis Maman à Mansle via Le Mans,

(Dans mon Rêve....)

Léanor d'Aquitaine à Orléans

En aval de Laval,

Une reine à Rennes

Et Léon Mot à Mauléon.

Que le ciel de Guérande me rende gai!

Alors riant j'irai à Lorient,

A Bessines aussi pêcher la bassine,

Et preste à Brest... Ou presque..

Un peu Bancale à Cancale

J'irai manger des chamalows de Saint-Malo

Dans un biberon de Quiberon

Et...

Jouer à Tours près Joué-lès-Tours

Au  ballon en Alsace

Avec Billy de Libye

Et Lucie du Ciel.

Tâtons les tétons de Mamers

Suçons un sein  naze à Saint-Nazaire

Et de Guingois à Guimgamp

Et giron...

Prom'ner ma hyène de vie à Mayenne

Casser les vitres de Vitré

Faire une arnaque à Carnac

Et puis du fou que je serai au Puy-du-Fou

J'emballerai mon grain à Lamballe

Comme un café à Bagdad

Je passerai mon temps..... Avec Yves

et les morts de Morlaix

Et le Curé de Camaret

Du bout d'la brêche, loin de La Flêche

Priera: -" Ce n'est qu'un père à Quimper!

Creusons sa tombe à Crozon!

Qu'il s'pose l'oignon près de Lannion

Au fond d'un pin sympa de Paimpol!"

Amen... Moi au bord de la Mer

Pour que, peinard à Dinard

Un clope au bec à Plouézec

Un bon ricard en Armorique

Un bon dîner  à Dinan

En bon celte et sans poivre d'Armor

J'puisse partir dormir sur la Mer d'Iroise....

Posté par PETIT BOOFY à 15:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

PANINI

 

J’aime pas nini

Enfin j'l'aime plus

Depuis qu'tu es partie

J'te l'invitais

Presque tous les sam'dis

Avec lui

Revenait l'appétit

Un morceau d'pain

Entre pain et pain d'mie

Imbibé balsamique

Vinaigre d'Italie

Du vert basilic

Il m'arrivait l'oubli

En rondelles allongées

Etait le rouge fruit

Lamelles de Jambon

Jambon pas de pays

Un grain d'poivre

A défaut de folie

Deux grains d'sel

Du gros légèr'ment gris

Et surtout , et surtout

Et puis et puis et puis

En tranche la Moza

Rella, Ah! l'Italie

Le tout passé au gril

5 minutes au mini

C'est prêt ma belle

Aller va c'est parti...

 

Aujourd'hui j'ai rangé le gril

Au placard des oublis

C'est pas gagné!

Posté par PETIT BOOFY à 15:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

VIE TA MORT EN VIE...A mort...Amor

 C'est affolant, le seul moment de notre vie où l'on daigne entendre la vérité, la vraie, nous n'y croyons pas.Tu, elle va mourir! C'est inéluctable et pourtant c'est inéluctable, on espère. Je ne sais pas pourquoi, au nom de la Vérité on - qui à toujours tort- vous annonce ceci; pourquoi ne dirait-on pas ce mensonge salutaire, tu, elle va vivre, parce en fait il s'agit de cela. Imaginons l'enfant naissant à qui on martèlerait: "tu vas mourir", c'est un coup à refiler directe en arrière; non, l'enfant on lui conseil de vivre sa vie. Le cancéreux pour lequel il n'y à rien à faire se voit conseiller de "vivre sa mort", une mince affaire, vive l'infarctus! Non content de l'effet d'annonce, d'autres "on" rajoute à ce primo-conseil, un second qui préconiserait de profiter un maximum de la vie; la belle affaire ! Courre, vole, nage, bouffe, baise, crache, tue, dis ce que tu penses et fais ce que tu veux en fait; il est évident que la vie à vivre permet ce genre de délire tout autant qu'il relève de la même évidence que le fait d'avoir un cancer confère cette possibilité de vivre pleinement ce que l'on avait vécu qu'à moitié avant de l'avoir, quel veinard le cancéreux!

Et puis, il y a cancer et cancer; celui bien élevé qui ne contredit pas les statistiques, qui vous emporte dans les temps, gentiment cruel; mais existe aussi le vilain petit crabe, qui n'en fait qu'à sa tête et fait durer le plaisir pour bien se préparer, bien s'habituer à la fin; celui là quand vous l'avez, certains ".ons" vous diront de vous estimer heureux et chanceux de dépasser l'échéance, tout juste s'ils ne vous envoient pas une lettre de rappel : « non mais, il faut pas déconner. » !

Posté par PETIT BOOFY à 15:06 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

LA CHAISE BLEUE

LA CHAISE BLEUE

 

Téléphone qui sonne

Sursaut au boulot

Gendarme qui sonne

Délation Gestapo

Cassures et fêlures

Délit de fuite

Mensonges et parjures

Je songe, faut rêver !

 

Fille qui s’fendille

Voiture et ruptures

J’perds la bille

Si, si, j’vous jure !

18, 19 je n’sais plus

Y’a d’la fiesta

C’est décousu

Dans mon fatras.

J’y vais breloque

Plus rien à faire

J’me remorque.

Rétro cassé

Plus rien derrière

Faut rêver

Sous la verrière.

Une fille diamant

Carabosse, abîmée.

Vie d’excréments

Camélidée

Des bosses plein l’dos

J’ai fin…Elle aussi

Bonne mine Mac-Do

Caca Pot-pot

Ca va chier !

Saxifrage, on s’habitue

A nettoyer

Ce qui tue.

Plein l’cul morbleu !

Parterre partout

Et, sa dégouline au long

Des jambes bleues

J’tourne plus rond

J’ai plus l’goût.

Ma fille s’effrite

Délit, des larmes

Temps qui s’délite

Y’a pas d’alarme

Délit des lits

L’cœur qui s’soulève

(Faut qu’j’te lave)

Larve vie !

Faut qu’j’te lève

Vie lie !

J’perds la chaise

Bleue !

Tu trottines

Dans La rubine

J’obtempère

La Chaise Bleue !

Posté par PETIT BOOFY à 14:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

ENTREE GRATUITE

 

Entrez ! Entrez ! J’ai une expo

Dans l’ciboulot

 

Voyez ! Ces grands rois…

Arbres !

 

Ces tilleuls qui infusent aux pluies d’orages d’été,

Ces longs, longs collants aux aiguilles acérées, percent-cœurs

Gravés sur leur tronc si large, si large !

Qu’on ne peut embrasser.

Si haut, si haut ! Pour se décorer au noël des étoiles.

Ces géants de sagesse

Aux chevelures dentelées

Dont les fruits chapeautés

Nourrissent

Les yeux des enfants joueurs aux allumettes

Ces beaux navires en armada sans arme, capteurs de vents,

Saisisseurs de tempêtes

S’agenouillent devant elles

Se courbent sans perdre tête.

Ces autres aux fruits de mer,

Carpettes de fakir en ces ocres automnes

Et

Réchauffeurs de mains aux trottoirs enneigés

En coin des mornes rues si viles et grises ;

Et voici les déplacés ! Placés de place en place,

Et

S’écaillent aux soleils des saisons touristiques

Offrant leur clair-obscur aux buveurs de pastis

Qui ne savent même plus que leur jeu imbécile

Consiste à rapprocher leurs rondeurs de ferraille

D’une bille taillée en leur cœur de bois.

 

Visitez ! Visitez ! Y’a expo

Au grenier de ma tête ;

 

Vous y verrez des nu (e)s

A tel point, dévêtus

Que le cœur apparaît !

Des corps délassés, enlacés aux fusions de leur manteau meurtri ;

Des épouses infidèles, dévoilées à elles-mêmes et de leurs robes blanches

Accrochées aux paters de temples comédies où

Se répand à terre

Le riz des affamés.

Des nymphes enrobées de lard érotique, vous feront sybarite, dédaigneux, hédoniste

Des poules décharnées qui se vautrent aux foules sur du papier glacé ;

Vous y verrez encore !

Une femme que j’aime

Et qui m’aime ? Ne-sais-je…

Aux entrailles fertiles, abris de tolérance

Pour que germent, dociles, les fruits de ma semence.

 

Entrez ! Entrez ! Y’a une expo

Gratos !!!!

Posté par PETIT BOOFY à 14:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 juin 2013

LOVER D'AMOUR...

Lover d'Amour
S'envoyer la voie lactée
Sucer Mars et
Jupiter
Étendre son linge sale
Aux filantes étoiles
Se spermettre tout
Sans tabou! Debout!
Par devant rayonnant
Par dessus les stratus
Au-delà du culot
Des Cumulo-nimbus
Engendrer le jouir
Nouveau chaque matin
Résiller l'ici-bas
Résilier son bail
Tailler la pipe! Astronomy Domine!
Au taciturne! A l'immonde!
Aux Saturnes...
Pour, en fin de l'Univers course
S'exploser la queue au trou
Noir de la Grande Ours
Lui remplir la casserole
De grands lits qui débordent
Et puis Lover! Lover! Lover!

Pour atteindre
L'orgasmocosmique.....
Génie.... Sans bouillir...

Posté par PETIT BOOFY à 11:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

HAÏKU...Linaire lingue


A table! A table! Ha!
Buvez! Chantez! Le Roi est
Mort ce matin, gras!

Posté par PETIT BOOFY à 10:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

FOU DES MOTS...DES MOTS FOUS

FOU DES MOTS....DES MOTS FOUS

Fou champion...Fouace
Fou aïe!...Fouaille
Fou pas toi...Fouchtra
Fou pas fou...Foudroie
Fou pas fou pas franc...Foudroiement
Fou où ?...Fouée!
Fou du bout...Fouesnantais
Fou battu...Fouet
Fou d'avant...Fouettait
Fou fêtard...Fouettard
Fou sexe...Fouette-Queue
Fou dingue...Foufou
Fou sensé...Fougère
Fou mendiant...Fougueux
Fou de bière....Fougueuse
Fou de l'Institut National de l'Audiovisuel...Fouina
Fou à la page...Fouine
Fou ici...Foula
Fou moche...Foulai
Fou mou...Foulant
Fou gras...Foulard
Fou nombreux...Foule
Fou de cartes...Full
Fou british...Fool
Fou bi...Boofy
Fou alpestre...Dingot
Fou attirant...Dément
Fou ding dong...Dingue
Fou loque...Loufoque
Fou rend moi...Maboul
Fou d'Amour...Obsédé
Fou percé...Piqué
Fou cloche...Sonné
Fou frappé...Tapé
Fou de bouffe...Toqué
Fou du sud...Fada
Fou bricolo....Marteau
Fou savoyard...Fondu
Fou chrétien...Crétin
Fou posté...Timbré
Fou d'esprit...Simple
Fou rouge...Benêt
Fou grand...Dadais
Fou sot...Cruche
Fou de Vire...Andouille
Fou baisé...Fourré
Fou riche...Fouquet's
Fou gît...Yama
Fou fou...Bègue
Fou foune...Foutre
Fou de Dieu...Crétin



Fou d'Ange....Imbibé

Posté par PETIT BOOFY à 10:56 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 janvier 2013

VOEUX...Plus d'fin damnée !

 

Au lieu de réveillonner

Ayons un Rêve

Au lieu de le mettre au four

 Pov' Poisson

 Rendons le lieu sûr

 Où nous habitons

 En évitant de rendre le lieu

 (Le pov' Poisson du four)

 Et tous les poisons avalés

 Dans la tinette des toilettes

 Guindées de notre rêve haillons

 Ne passons plus l'année

 A attendre sa faim

 Ne gavons plus nos joies

 En l'espérant nouvelle

 En lachant de nos culs

 Toute l'huître et ses perles

 Sommons l'humain d'une nuit

 Rose car arrosée

 De l'être tout la Vie

 En toute sobriété

 Ainsi cassons les voeux

 Ces voeux bons pour hommelette

 Brouillons les, n'en faisons pas un plat

 Hou !!! Les faisans semblant

 De vous la souhaiter bonne

 Une fois bon an mal an

 Et le reste du temps

 Se paient vot'poire vot' pomme

 Et quand les bulles pétillent

 Entérinent les gastro

 Quand tout l'monde dégobille

 De manger de boire trop

 Laissons peinard le poisson que frétille

 Pour qu'il atteigne avril et le vrai renouveau.

Posté par PETIT BOOFY à 21:10 - - Commentaires [0] - Permalien [#]